Elle tombe enceinte alors qu’elle est déjà mère porteuse : les bébés dans son ventre n’ont pas de liens de parenté

Une Californienne de 31 ans, Jessica Allen, a raconté son histoire au New York Post, pour partager son incroyable aventure de maternité. Cette mère porteuse pensait être enceinte de jumeaux pour ses clients qui la payaient pour porter leur enfant, mais en réalité, l’un des deux bébés… était le sien. Que s’est-il passé ? Elle a connu a un phénomène de superfétation alors qu’elle a eu un rapport avec son mari, après la fécondation in vitro.

Le couple lui donne plus d’argent pour la grossesse du second

Jessica Allen vit en Californie, l’un des rares États américains à avoir légalisé le commerce des mères porteuses, et a accepté de devenir la mère porteuse d’un couple de Chinois, monsieur et madame Liu. Pour la somme de 30 000 dollars, elle accepté l’insémination artificielle, qui fut une réussite. À la sixième semaine de grossesse, elle apprend même qu’elle attend des jumeaux. Le couple lui donne une prime de 5000 dollars pour l’enfant supplémentaire.

Jessica et son mari Wardell Jasper. Elle a accepté de devenir mère porteuse pour gagner de l’argent tout en s’occupant de ses enfants à la maison

La mère biologique remarque une différence

Au bout de 38 semaines, ceux qu’on pensait être des jumeaux, sont nés par césarienne, derrière une vitre opaque pour ne pas que Jessica puisse les voir. Directement sortis de son ventre, ils ont été emmenés et présentés à leurs parents biologiques qui attendaient dans une autre salle. Quelques minutes plus tard, madame Liu est tout de même venue rendre visite à Jessica et lui a tendu son téléphone pour lui montrer une photo des bébés. « Ils ont l’air différents », s’exclame-t-elle. En effet, leur couleur de peau est très différente, mais après tout, ils étaient de faux jumeaux.

Lire  Vidéo choc : Un papa secoue son bébé en le tenant par un pied
Jessica avec ses deux fils, Jairus, Jeremiah et Malachi, l’un des deux “faux jumeaux”

Elle se bat pour récupérer son fils

Quelques jours plus tard, madame Liu, très inquiète envoie un message à Jessica. « Ils ne sont pas les mêmes, n’est-ce pas ? Avez-vous une idée pour laquelle ils sont différents ? ». Le couple de Chinois étant toujours en Californie, ils ont passé des tests, et le résultat ADN est sans appel. L’un des bébés est bien celui des Liu, alors que l’autre est celui de Jessica et de son mari, Wardell Jasper. Comme la couleur de peau l’indiquait, les bébés ne pouvaient pas être frères. La famille Liu est asiatique, alors que Jessica et son mari forment un couple mixte. La famille Liu était furieuse et a rejeté l’enfant, demandant en plus une compensation financière de 18 000 à 22 000 dollars. Après une longue bataille juridique et administrative, ils ont pu récupérer leur fils biologique, en échange de beaucoup de frais d’avocat.

Toute la famille au grand complet, avec Malachi à gauche

Elle est tombée enceinte de son mari en même temps que l’insémination

L’échange des bébés a eu lieu sur le parking d’un Starbucks, le petit de Jessica ayant reçu le nom de Malachi. Mais que s’est-il passé ? Jessica a connu un phénomène de superfétation. Normalement, le corps relâche des hormones qui empêchent l’ovulation, dès qu’on tombe enceinte. Mais dans son cas, elle a continué à ovuler, et même si elle ne pouvait pas avoir de rapports sexuels avant un certain temps, il semblerait qu’elle n’ait pas respecté la règle. Son mari l’a donc fécondée lorsqu’ils ont fait l’amour, peu de temps après avoir subi l’insémination de l’ovule fécondé de la famille Liu.

Lire  Qui est la Française Inès Rau, la première transgenre en couverture de Playboy ?

Images : John Chapple

Commentaires

Dernières infos sur Actualité

Close
^Retourner^ en haut