La blessure au triceps de ce bodybuilder s’est infectée et il en est mort !

Un bodybuilder est mort dans d’atroces souffrances alors qu’il souffrait d’une infection générale, suite à un accident au triceps lors de son entrainement. Le sportif colombien Rodolfo Torres Rojas vivait en Russie, là où il avait trouvé l’amour.

Rodolfo s’était marié en Russie avec Anna, qu’il avait rencontré en ligne

Il tombe dans le coma

Rodolfo est mort à 31 ans, dans l’agonie, alors qu’une septicémie s’était répandue partout dans son corps, des suites d’une blessure au triceps. Après son accident, on lui a donné des antidouleurs et des anti-inflammatoires. Il a pu rentrer chez lui, pensant que les médicaments allaient l’aider. Cinq jours plus tard, il s’effondre. Sa température est très élevée et la douleur n’est plus supportable. Il mourra le mois suivant, après 20 jours dans le coma.

bodybuilder dans le coma
Il est tombé dans le coma

On devait l’amputer

Son père a commenté sa mort dans un journal colombien : « Nous pensons que lors de son contrôle à l’hôpital, il a été infecté par une bactérie. Cela ainsi que de la négligence médicale ont causé sa mort. » On lui avait diagnostiqué un sepsis, autrefois appelé septicémie. « Son cœur avait été infecté et son cerveau aussi. Au début, il était question de l’amputer du bras, mais on a préféré continuer à lui donner des médicaments », explique son père.

Lire  Daech menace Lionel Messi dans un photomontage sanglant et promet des attaques lors de la Coupe du monde 2018
Rodolfo avant de faire éclater son triceps

Les parents veulent rapatrier son corps

Lors que les reins ont été infectés, il était trop tard. La famille a fait appel au gouvernement colombien pour les aider à financer et à organiser le rapatriement de son corps au pays. Sa femme Anna se retrouve veuve, en Russie, pendant que la famille pleure leur enfant, en Colombie. « La douleur est si grande, mais il est maintenant entre les mains de Dieu et la seule chose que je veux, c’est qu’il soit enterré en Colombie », a conclu la maman, Maria Eugenia Rojas.

On pensait devoir l’amputer

Images : CEN

Commentaires

Dernières infos sur Actualité

Close
^Retourner^ en haut